Comicszone

  • Full Screen
  • Wide Screen
  • Narrow Screen
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Du très bon chez DC

Un bel écrin, pour ces aventures de la JLA, que cette Anthologie DC, équivalent de la gamme Best Of pour Marvel chez le même éditeur. A ce propos, le papier glacé utilisé ici rend un bien meilleur hommage aux dessins et, surtout, aux couleurs, que ne l'avait fait, en son temps, la revue Strange (n°325 à333). Notons, tout de même, que cet album ne reprend pas l'épilogue 0, paru dans Strange 333, ce qui en dit long sur les intentions de l'éditeur de publier la suite ...

Cependant, ne boudons pas notre plaisir à lire ces épisodes. Car plaisir il y a. Certes, le premier arc est plutôt classique, avec l'arrivée d'un nouveau groupe d'ennemis, se faisant passer, de prime abord, pour les sauveurs et, donc, la confrontation entre héros anciens et modernes, leurs méthodes, etc ... De là, découle une réflexion sur le rôle des super-héros dans le monde, leur degré d'interventionnisme comparé à leurs capacités. Et là, j'avoue avoir été déçu. Une sorte de "tout ça pour ça" qui m'a laissé un goût d'inachevé, puisque je ne partage pas l'opinion de l'auteur, telle qu'elle est exprimée ici, du moins (est ce vraiment son opinion ou celle de sa maison d'édition ?).

La suite, par contre, est plus savoureuse, notamment l'épisode 5, qui voit un être artificiel, créé par T.O Morrow pour infiltrer la Ligue, développer une conscience propre, une âme, au contact de ses collègues, et le créateur se réjouir d'avoir réussi un tel tour de force malgré l'échec de son plan. Du très bel ouvrage, du Morrisson comme je l'aime. Petit bémol, dans cet épisode, on voit Superman affublé de son nouveau costume bleu et blanc et de ses nouveaux pouvoirs, sans aucune explication préalable. On touche, ici, du doigt les limites d'un univers partagé publié partiellement ...

Les 2 arcs suivants sont tout aussi intéressants, et sauvent véritablement l'album, surtout le dernier, qui fait écho aux merveilleuses histoires écrites par Alan Moore pour DC dans les années 80.

Le dessin est assuré par Howard Porter, dont je ne suis pas fan, tant ses persos ont l'air de poseurs, plus que d'hommes (ou de femmes) d'action. Il est à la limite de la caricature, et ses expressions faciales suivent le même chemin. On a du mal à y croire. Il est suppléé, pour les 2 derniers épisodes, par Oscar Jimenez, et on n'y perd pas au change, même si celui-ci a plutôt tendance à dessiner des arrière-plans assez vides. Je trouve, cependant, dommage qu'on n'ait plus trop de nouvelles de cet artiste. Les couleurs, pour y revenir, sont bien mieux appréciables avec un tel papier, même si certaines ambiances, notamment dans le premier arc, me semblent toujours bizarres, avec des pages quasi monochromes, simplement nuancées ...

Un bel album, qui fera un bel effet dans votre bibliothèque, et que les fans de DC ne peuvent laisser passer.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Derniers commentaires

You are here: DC JLA t.1 Nouvel Ordre Mondial Du très bon chez DC
icone_rss