Comicszone

  • Full Screen
  • Wide Screen
  • Narrow Screen
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Je me balladais en Europe Occidentale ...

Changement radical de décor pour l'un des plus new-yorkais des super-héros, Daredevil. En effet, nous le retrouvons, ici, en périgrinations de Monaco à Sintra, de Sintra à Paris, pour finir à Zurich, à la recherche du meurtrier de son ami de toujours, Foggy Nelson, sur lequel est centré le premier épisode.

Ne vous attendez cependant pas à faire du tourisme. Ici, place à l'enquête, à l'action, aux doutes de Matt Murdock, jusqu'au dénouement final.

Sous couvert d'un personnage super héroïque, Brubaker nous pond un récit de détective, que ne renierait pas Batman, dont on retrouve une analogie dans le traitement de Daredevil envers un de ses plus grands ennemis. Ici, Matt murdock est mis face à ses choix, et les responsabilités envers ceux ci, et notamment les drames qu'ils ont entraîné. On entre vraiment dans l'intimité du personnage, et de quelques autres autour, tels Foggy et ... non, vous le découvrirez vous-même, c'est mieux.

Au dessin, Michael Lark. Que dire ? J'adore, c'est net, vif, précis, ça bouge bien, c'est tout sauf statique et, en même temps, on voit les émotions, on entend les personnages parler. Cependant, j'ai la désagréable impression que l'histoire se déroule de nuit parce qu'il ne peut en être autrement. Je ne sais pas si Lark peut faire évoluer son style pour représenter une action de jour, comme avait pu le faire Alex Maleev avant lui.

Ne vous trompez pas, avec Brubaker, pas de problème, il trouvera toujours un terrain de jeu favorable et la suite de Bendis est, ma foi, fort bien tenue.

Ce n'est pas pour rien que Daredevil est la série la plus longue parue à ce jour en librairie.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Derniers commentaires

You are here: Marvel Daredevil Daredevil vol.2 t.15 - Le Diable En Cavale Je me balladais en Europe Occidentale ...
icone_rss